En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Unité de Recherche Abeilles et Environnement

Toxicologie environnementale

Membres

Luc P. Belzunces, DR1          

Claude Collet, CR1                         

Jean-Luc Brunet, IE2                     

Marianne Cousin, AI                        

Mercédès Charreton, AI                 

Sylvie Tchamitchian, TRS             

 Mots clés

Toxicité, doses sublétales, faibles doses, pharmacologie, écotoxicologie, toxicologie, électrophysiologie, métabolisme, fertilité, reproduction, système nerveux, contraction musculaire, pesticides, modes d’action, polluants, abeilles, homme, invertébrés, biomarqueurs, bioindicateurs, santé environnementale.

 

Missions

Le Laboratoire de Toxicologie Environnementale (LTE) a pour mission d'étudier les effets des produits phytopharmaceutiques et, d'une manière générale, des polluants de différentes origines chez les organismes biologiques, et les abeilles en particulier. Les thématiques abordées portent principalement sur les effets des doses faibles de toxiques chez l’abeille et l’homme.

Les recherches développées visent à comprendre les modes d'actions des toxiques qui conduisent soit à des effets délétères à doses sublétales et à faibles doses, soit à des effets différentiels, effets dont la survenue varie selon l'état physiologique et développemental de l'organisme. Parmi les effets délétères à doses sublétales, deux axes d'étude sont privilégiés : (i) les effets induits par les interactions entre les stresseurs chimiques et biologiques et (ii)  les effets physiologiques, neurologiques et comportementaux à faibles doses sublétales.

Afin d’asseoir les connaissances toxicologiques sur une biologie des organismes la mieux caractérisée possible, le LTE développe en parallèle des recherches fondamentales, notamment sur le fonctionnement du système nerveux et des systèmes physiologiques contrôlés par ce dernier, le métabolisme de l’abeille, la fonction de reproduction chez les mâles et les reines d’abeilles et le système immunitaire. Les recherches fondamentales et toxicologiques sont donc développées en utilisant une approche pluridisciplinaire qui combine des spécialités telles que la biochimie et la biologie moléculaire et cellulaire, la physiologie, la neurobiologie, la pharmacologie et l'éthologie.

 

Principaux axes de recherche

1. Effets des pesticides à faibles doses.

L’attention est portée sur les effets délétères induits par les faibles doses de toxiques en considérant à la fois la toxicité aiguë à des doses < 1 µg/kg de masse corporelle, et la toxicité chronique à des niveaux d’exposition < 1 µg/kg d’aliment ou de milieu de vie.

Les travaux sont développés en utilisant une approche pluridisciplinaire avec une échelle expérimentale qui s’étend de la molécule à la population. Cette approche permet de caractériser tous les types d’effet, qu’ils soient moléculaires, cellulaires, métaboliques, physiologiques ou comportementaux.

 

2. Interactions entre les stresseurs
Interactions entre les pesticides

Le principal enjeu consiste à mettre en œuvre une évaluation pertinente des risques présentés par les associations de pesticides chez l’abeille en considérant particulièrement les actions synergiques. Du fait de leur caractère imprévisible, les phénomènes de potentialisation font l’objet d’une attention particulière.

 

Interactions entre les toxiques et les agents pathogènes

Il s’agit d’investiguer les effets des associations en focalisant l’attention sur les associations pouvant se produire à bas bruit, c'est-à-dire en présence d’agents pathogènes n’induisant pas de pathologies et de pesticides n’induisant pas d’effets notables sur les colonies.

Différents aspects des interactions toxico-pathologiques sont étudiés : (i) Modulation du pouvoir pathogène des microorganismes par les pesticides, (ii) Modulation de la toxicité des pesticides par les agents pathogènes et (iii) Modulation de l’efficacité des médicaments vétérinaires par les pesticides.

 

3. Modes d’action des stresseurs

Les pesticides possèdent des cibles primaires responsables de l’effet attendu, cette notion d’effet attendu étant évidemment fortement liée à l’organisme cible (action herbicide chez les plantes, action insecticide chez les insectes…). Toutefois, à doses sublétales, les cibles biologiques diffèrent de celles induisant des effets létaux. Ces cibles sont de plus forte affinité et conduisent à des mécanismes d’action différents selon le niveau d’exposition. Le LTE étudie les cibles et les voies métaboliques impliquées dans l’action des pesticides à faibles doses et dans les interactions entre les pesticides et les agents pathogènes.