En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Ecologie des Forêts Méditerranéennes

Unité de Recherches Ecologie des Forêts Méditerranéennes

On a lu pour vous…

Primula clusiana, dessin d'Anton Hartinger
Cotto O, Wessely J, Georges D et al. (2017) A dynamic eco-evolutionary model predicts slow response of alpine plants to climate warming. Nature Communications, 8, 15399

Cette étude modélise les changements démographiques des peuplements de quatre plantes alpines sous l’effet du changement climatique. La clé du modèle est le lien entre traits et démographie, cette dernière permettant de prédire la présence ou absence d’une espèce données dans un site donné. Les traits sont liés aux variables bioclimatiques ; le climat actuel, par postulat dans l’étude, fournit la valeur optimum. Les modèles de niche éco-évolutive prédisent une chute plus rapide des effectifs des populations, à cause du changement climatique, que les modèles uniquement de niche. De plus, dans le modèle on postule que le changement climatique s’arrête en 2090, après quoi on voit une nouvelle vague d’adaptation se mettre en place (alors que sous changement climatique, cela n’est pas possible). (NB : les modèles climatiques ne prévoient aucun arrêt du changement climatique en 2090 : il s’agit ici d’un artifice de modélisation pour évaluer la capacité d’adaptation des espèces). Cette étude reste néanmoins plutôt de nature méthodologique, et les Auteurs ne s’avancent pas trop dans les conclusions sur l’effet que le changement climatique aura concrètement sur les populations.

Par Sylvie MURATORIO

Voir aussi