En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

EMMAH

Imprimé à partir de http://www.umr-emmah.fr

Annales des Mines - Responsabilité et environnement

  Annales des Mines - Responsabilité et environnement
Sol en danger : réduire l'artificialisation
2018/3 (N° 91)

Quelle gouvernance pour les relations des villes avec leur hinterland ?

Résumé

Français

Depuis 2008, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les villes. Ce changement global nous impose de changer de paradigme, la Terre devant être considérée comme un ensemble d’espaces et de ressources limités. Cela nécessite d’avoir une vision systémique intégrée et dynamique des villes et de leur hinterland, dans le but d’assurer les besoins vitaux des populations. La méconnaissance des sols, les pressions foncière et réglementaire et l’organisation de la décision en mode sectoriel et par projet sont les principaux freins à un tel changement. La démarche est inclusive et repose sur la construction d’indicateurs de risques à partir de scénarios partagés par toutes les parties prenantes et qui tiennent compte des ressources en sols, en eau et en production alimentaire, autant d’éléments conditionnant le développement et l’attractivité des territoires. Suite au sommet de Rio de 1992, des initiatives locales et/ou internationales ont été mises en œuvre, signe d’un engagement sur cette voie ; elles ne demandent qu’à être diffusées, partagées et enrichies.

English

What governance for the relations of a city with its hinterland ?Since 2008, more than half the world’s population is living in cities. This global change forces us to switch paradigms ; the Earth should now be seen as a place of limited resources and with limited land. This calls for a systemic vision, integrated and dynamic, of cities and their hinterland, the goal being to satisfy the population’s basic needs. The major obstacles to this change are pressures on the land, lack of knowledge about the soil, regulations, and the organization of decision-making by sector and by program. An inclusive approach calls for designing indicators of risks from simulations that, shared by all stakeholders, take account of resources related to the land, the water supply and food production. Following the Rio Summit in 1992, local and international programs were implemented that signaled commitments ; they need to be diffused, shared and furthered.

Les auteurs

Fabienne Trolard est docteur et agrégée de l’Enseignement supérieur en géosciences et directrice de recherches à l’INRA. Depuis près de trente ans, ses compétences en géochimie des sols et des eaux ont contribué à caractériser les interactions minéraux-solution et les dynamiques des éléments minéraux dans le système « eau-sol-plante » d’éco- et agrosystèmes (forêt, prairie irriguée, rizière). Pour la préservation et la gestion des ressources sol et eau dans un territoire, elle a contribué à identifier les points de vigilance et à la mise au point d’une démarche intégrative d’aide au diagnostic et à la prospective pour accompagner les autorités locales. Elle a créé et dirigé l’Unité INRA « Géochimie des sols et des eaux » d’Aix-en-Provence, aujourd’hui intégrée dans l’UMR CEREGE, et a porté des projets nationaux, dont un FUI du pôle « Gestion des risques et vulnérabilité des territoires » et deux projets européens PRECOS et PRECOS Business.

Guilhem Bourrié est directeur de recherches honoraire à l’Inra, pédologue et géochimiste. Il a étudié les modifications naturelles de la qualité des eaux dans les sols, en conditions de sols acides, de sols hydromorphes, de sols salés, sous forêt, sous prairies, sous cultures, en agriculture pluviale ou irriguée, en Bretagne, dans la Crau et en Camargue et en partenariat en Algérie et en Tunisie, au Brésil, au Mexique et au Chili. Il a ainsi mis en évidence les relations entre la dynamique de l’aluminium, du fer, des éléments traces métalliques, les caractéristiques des sols et les modes d’occupation des sols. Il a été professeur à l’Université de Rennes I et a créé, avec Fabienne Trolard, l’Unité de géochimie des sols et des eaux à Aix-en-Provence, intégrée aujourd’hui dans l’UMR Cerege. Il a coordonné des ouvrages sur les formations superficielles (avec Yvette Dewolf) et sur l’interaction sols-eaux dans la zone critique. Il est membre correspondant de l’Académie d’Agriculture de France.