En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Unité Expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne

Site de l'Unité Expérimentale Entomologie et Forêt Méditerranéenne

Laboratoire Biocontrôle

La lutte biologique à l'aide des parasitoïdes oophages pour protéger les arbres et la forêt

Rattaché à l'UEFM et installé à Antibes sur le site du Jardin Thuret, le laboratoire Biocontrôle a pour mission de développer des solutions alternatives de régulation des lépidoptères ravageurs en s'appuyant sur l'utilisation de parasitoïdes oophages.

Etapes intermédiaires

Pour rechercher les parasitoïdes oophages les plus performants, il est nécessaire de les élever en grand nombre en laboratoire. Ces insectes ont été testés sur trois nouveaux hôtes de substitution comparativement à l’hôte habituel (Ephestia kuehniella).

L’élevage de différentes espèces de trichogrammes sur le lépidoptère Philosamia ricini est un succès avec l’obtention de parasitoïdes oophages de plus grande taille et avec un ovipositeur plus long, ceci dès la première génération.

Processionnaire du Pin

baryscapus_servadei

Le laboratoire biocontrôle participe aux études menées depuis plusieurs années par son unité (UEFM) contre la processionnaire du pin Thaumetopoea pityocampa. Contrôler les populations du ravageur au stade œuf permet de réduire les dégâts causés par les larves. Cette équipe réalise un inventaire des parasitoïdes oophages par la collecte de pontes du ravageur, sur différents sites forestiers en France. Certaines espèces ont pu être élevées sur les nouveaux hôtes de substitution testés (Philosamia ricini et Nezara viridula). Dans un premier temps, la faisabilité de ces élevages et les paramètres biologiques des individus obtenus (fécondité, taux d’émergence, sexe-ratio) sont étudiés et comparés. L’objectif étant de sélectionner les meilleurs auxiliaires, à un coût de production minimal, pour à terme les tester sur ce ravageur des pins et développer une nouvelle stratégie de biocontrôle efficace.

Pyrale du buis

Dans le cadre du projet SaveBuxus, l'équipe conduit des recherches en régulation biologique de la pyrale du buis à l'aide des parasitoïdes oophages. Les premiers résultats 2014 sont encourageants.

Baryscapus servadei (Photo Guy Demolin)

Autres lépidoptères ravageurs des arbres (ZNA) ou des milieux naturels

Application des résultats obtenus par le laboratoire Biocontrôle (par exemple Tuta absoluta sur tomate) vers d'autres lépidoptères ravageurs des arbres en zone non agricole (ZNA) et des milieux naturels.

Résultats antérieurs

Les trichogrammes élevés sur Philosamia ricini ont été testés sur le ravageur palmivore Paysandisia archon. Ils ont été capables de parasiter ses œufs entrainant la mort de ce dernier, avant l’éclosion des larves qui sont responsables des dégâts. Une seule génération d’élevage des trichogrammes sur P. ricini suffit pour permettre le parasitisme de P. archon. Ceci permet d’être optimiste pour mettre au point une lutte contre ce ravageur, économiquement viable, à terme.