En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal LOGO GAFL LOGO GAFL

Site WEB GAFL

Historique de la collection aubergine

La sélection aubergine à l'INRA

 

Les programmes de recherche sur l’aubergine ont démarré à l’INRA en 1962. Le chercheur alors en charge de ces programmes était Edmond Pochard. Son objectif était l’amélioration variétale, tant pour le rendement que pour la qualité du fruit. Afin de connaitre les potentiels génétiques de l’aubergine exploitables en sélection, Il monta une première collection illustrant la diversité génétique et phénotypique de Solanum melongena, à laquelle les moyens de communication et de collaboration de l’époque lui permettaient d’accéder. Il commença par introduire en collection les variétés françaises commercialisées à l’époque par de nombreux marchands grainiers, dont certains ont été absorbés par les établissements toujours actifs (ex. Gautier Semences, Vilmorin et compagnie, HM-Clause), et d’autres ont aujourd’hui disparu (ex. établissements Garcin Mistral, Cayeux). Il introduisit aussi des variétés provenant de banques de gènes (Institut für Pflanzenforschung de Gatersleben-DDR, USDA -USA, Institut Vavilov alors nommé All Union Institute of Plant Industry-URSS) ou fournies par des généticiens sélectionneurs étrangers (Grèce, Italie, Espagne, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Turquie, Japon etc.).

L’INRA croisa certaines introductions d’origines géographiques différentes, présentant des caractéristiques phénotypiques complémentaires et intéressantes pour le marché français, et sélectionna des lignées dans la descendance de ces croisements. Ces lignées, combinées à des sélections INRA dans des populations traditionnelles, permirent de créer les premiers hybrides F1 français, inscrits au catalogue officiel en 1973: F1 Bonica aux fruits globuleux pourpre et F1 Baluroi aux fruits demi longs pourpre ? Ces deux hybrides, précoces et productifs, sont encore disponibles dans certains catalogues commerciaux. La variété INRA Dourga, très précoce, aux fruits demi longs blancs et de saveur douce, inscrite au catalogue en 1975, est issue elle-même d’une sélection dans un croisement entre une Violette de Barbentane et une introduction blanche indienne, Kanto Ao.

Collection d'aubergines Solanum melongena

L’introduction en collection de variétés de Solanum melongena a été une activité continue mais irrégulière car variant selon les opportunités (Figure 1), avec deux pics correspondant pour le premier (1962) à l’ouverture du programme de recherche sur cette espèce et pour le deuxième (2004) au transfert à l’INRA de la collection d’aubergine de l’Université de Birmingham (UK) dans le cadre du projet EGGNET (GENRES PL 98-113) financé par l’Europe.

1061 variétés furent introduites sur la période 1962-2013, mais 150 furent éliminées pour des raisons liées en général à l’absence de germination ou d’intérêt, ou à leur statut de doublon de variétés déjà en collection. La collection compte actuellement 911 variétés, originaires d’une soixantaine de pays d’Europe, Moyen Orient, Asie centrale, Asie, Afrique, Amériques (et quelques divers). Une centaine d’accessions de cette collection sont issues des programmes de sélection conduits au cours des années 1960 à 2000 dans les stations d’amélioration des plantes de l’INRA aux Antilles et à Montfavet.

Collection de Solanum apparentés à l'aubergine

La constitution de la collection d’espèces de Solanum, cultivées ou sauvages et apparentées à l’aubergine a réellement commencé lors du renforcement de l’équipe de recherche sur aubergine en 1978 avec le recrutement de M.C. Daunay (Figure 2). Les deux pics d’introduction correspondent pour l’un (1991) à la formalisation de la collaboration scientifique avec le taxonomiste Richard N. Lester de l’Université de Birmingham, UK (programme EGIDE « ALLIANCE »). Le deuxième (2004) au transfert à l’INRA de la collection d’espèces de Solanum apparentées à l’aubergine de l’Université de Birmingham (UK), dans le cadre du projet EGGNET.

La nomenclature utilisée dans cette collection est celle utilisée par R.N. Lester, en particulier pour le groupe des S. incanum et des S. melongena spontanées (sauvages ou primitives). 1293 accessions furent introduites sur la période 1962-2013, mais 171 furent éliminées principalement à cause de problèmes de germination ou de production de semences lors de la régénération. La collection compte actuellement 1122 accessions, originaires en grande majorité d’Afrique, le continent où se trouvent la majorité des espèces apparentées à S. melongena.

La collection comprend trois espèces cultivées, Solanum aethiopicum ou « scarlet eggplant » (324 accessions), S. macrocarpon ou « Gboma eggplant » (81 accessions), et S. scabrum (9 accessions). Ces espèces sont des légumes feuille et/ou fruit indigènes africains. S. aethiopicum et S. macrocarpon font partie du gene pool secondaire utilisable pour l’amélioration de S. melongena (et inversement, S.melongena fait partie du gene pool secondaire utilisable pour l’amélioration de S. aethiopicum et S. macrocarpon).

Les formes spontanées ou primitives de S. melongena (une centaine d’accessions) sont pour le moment incluses dans cette collection.

Près de 500 accessions appartenant à une centaine d’espèces sauvages, pour la grande majorité apparentées aux aubergines cultivées, complètent la collection, ainsi que de quelques échantillons d’autres genres de Solanacées (Atropa, Datura, Lycium, Nicandra, Physalis, Withania).

La caractérisation et la régénération de cette collection engendrent plusieurs difficultés. Un certain nombre de problèmes de détermination des noms d’espèces ne sont pas résolus. De nombreuses espèces ne peuvent pas être régénérées dans les cycles courts de culture en serre ou au champ disponibles à la station GAFL de l’INRA de Montfavet (ex. la plupart des espèces des sections Lasiocarpa et Torva, toutes les espèces originaires d’Australie). Les problèmes de germination des lots introduits sont très fréquents : ainsi une soixantaine d’accessions ne sont encore ni régénérées ni identifiées botaniquement, faute de germination jusqu’à présent. D’ailleurs, afin de réduire la fréquente mauvaise germination des espèces sauvages (lente, faible ou très étalée dans le temps), nous utilisons quasi systématiquement un prétraitement des semences à la gibbérelline GA3 (500 ppm) lors des semis.

Maintien des collections

Les collections d’aubergine et espèces apparentées ont été maintenues avec l’aide technique de Daniel Chambonnet et Georges Breuils (1962-1970), Augustine Florent (1962-1978), Evelyne Jullian (1978-2010) puis de David Savio (depuis 2011).

Intérêt des collections

Ces collections ont été le support de très nombreuses recherches à l’INRA et hors INRA depuis 55 ans. Montées dans un but de recherche, ces collections représentent un échantillonnage éclairé et unique de la diversité intra et interspécifique utilisable pour l’amélioration génétique des aubergines cultivées (et de leurs porte-greffe).