En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Institut Sophia Agrobiotech Inra - 70 ans - Votre avenir est notre culture Univ. Nice Sophia Antipolis CNRS

Institut Sophia Agrobiotech

Institut Sophia Agrobiotech

Institut Sophia Agrobiotech

UMR INRA - Univ. Nice Sophia Antipolis - Cnrs
Inra PACA
400 route des chappes
BP 167
0690 Sophia Antipolis Cedex
FRANCE
Tel. : +33(0)4 92 38 64 00
Fax : + 33(0)4 92 38 64 01

http://www.paca.inra.fr/institut-sophia-agrobiotech

Faits marquants Santé des Plantes et Environnement

Le département Santé des Plantes et Environnement sélectionne chaque année une douzaine de faits marquants parmi les activités de ses unités de recherche. Cette rubrique présente les faits marquants issus de l'UMR ISA.

2017

Le partenariat microbien d’un oomycète pathogène lors de l’infection végétale

Pour promouvoir le biocontrôle des mildious causés par les oomycètes, il est nécessaire de connaitre la diversité, la dynamique et les fonctions du microbiote qui interagit avec les oomycètes. Dans les revues PLoS Pathogens et Microbiome, des chercheurs Inra font (1) l’état de l’art des connaissances de cette diversité et de ses implications pour le processus infectieux ; (2) la description des modifications de la composition du microbiote bactérien lors d’une infection de la tomate par un oomycète, ainsi que la démonstration de coopérations oomycète-bactérie lors de l’infection.

Eric Galiana (IPO)

Un génome hybride et en plusieurs copies permettrait une plasticité et adaptabilité en absence de reproduction sexuée

Les nématodes à galles causent des dégâts considérables à la production agricole mondiale. Curieusement, les espèces causant le plus de dommages sont celles se reproduisant de manière asexuée. Nous avons montré que ces espèces possèdent des génomes dupliqués et hybrides. Par conséquent, lorsqu’une espèce sexuée diploïde possède deux allèles très proches, les asexués ont 3 copies ou plus, très divergentes en terme de séquence et en terme de fonction. Ceci leur conférerait une adaptabilité en absence de sexe.

Etienne Danchin (IPN)

Une adaptation comportementale aux techniques de récolte apparue de façon répétée chez les foreuses du maïs européenne et asiatique 

Un peu avant la moisson, les chenilles des pyrales Ostrinia nubilalis (en Europe) et Ostrinia furnacalis (en Asie) descendent vers le collet des cannes de maïs, passant ainsi sous la ligne de fauchage lors de la récolte et évitant par là une mort quasi-certaine. Ce comportement de géotaxie positive – qui est absent chez leur espèce jumelle, O. scapulalis, qui n'attaque elle pas le maïs – correspond certainement à une adaptation comportementale à la récolte du maïs (en particulier par les moissonneuses batteuses), qui serait apparue de façon répétée chez ces deux espèces de foreuses du maïs.

Vincent Calcagno (M2P2) & Denis Bourguet, UMR1062 CBGP Centre de Biologie pour la Gestion des Populations, Centre de recherche Occitanie-Montpellier

2016

Etude des fonctions végétales ciblées par différents bioagresseurs lors du développement de la maladie pour créer de nouvelles stratégies de résistance

Afin de développer de nouvelles stratégies de lutte contre trois bioagresseurs d'importance agronomique, que sont les nématodes à galles, les oomycètes, et les bactéries telluriques, les chercheurs ont tenté de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans le développement de ces maladies. Ils ont montré que différentes classes de bioagresseurs peuvent cibler les mêmes fonctions végétales pour la réussite de l’infection et que le blocage de ces fonctions conduisent à une résistance accrue des plantes.

Bruno Favery (IPN) et Harald Keller (IPO)

2015

La mineuse de la tomate qui envahit le pourtour méditerranéen provient du centre du Chili

La mineuse de la tomate, Tuta absoluta, est une espèce de ravageurs indigène d’Amérique du Sud qui est récemment devenue une menace majeure pour la production de tomates dans le bassin méditerranéen et pourrait devenir un problème dans la plupart des pays d'Afrique et d’Eurasie. Tuta absoluta a été observée à l'extérieur son aire d'origine en Espagne de l'est en 2006 et se trouve maintenant dans toute l'Europe du Sud, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. La connaissance précise de la population source de T. absoluta est nécessaire pour aider à élaborer des stratégies pour lutter contre cette espèce. Une telle connaissance est actuellement défaut.

Thomas Guillemaud (BPI)

Comment les pucerons manipulent les plantes

Pour se nourrir, les pucerons ont développé un mécanisme inhibant les défenses immunitaires de la plante. Des chercheurs de l’Inra et du CNRS révèlent pour la première fois que le puceron détourne l’un de ses propres mécanismes de défense pour attaquer et réprimer les réponses immunitaires de la plante hôte.

Christine Coustau et Harald Keller (ID & IPO)

2014

Découverte de l’activité Anti-oomycètes des LBP/BPI

Nous avons découvert une forte activité anti-oomycètes de la famille de protéines LBP/BPI. Cette protéine est présente en forte concentration dans les masses d’œufs d’invertébrés aquatiques et les protège des infections par des oomycètes en milieu naturel. Son efficacité sur des espèces d’oomycètes d’intérêt agricole permet d’envisager le développement d’un produit de biocontrôle du mildiou.

Christine Coustau (ID)

Structure d’une molécule originale expliquant l’activité oomycide d’une souche d’ascomycète brevetée

Suite au dépôt d’un brevet revendiquant les propriétés antioomycètes d’une souche d’ascomycète isolée grâce à une méthode de screening originale, un projet de pré-valorisation financé par la cellule « valorisation » et SPE a permis de caractériser la molécule produite par la souche et expliquant plus de 90% des propriétés oomycides. Cette molécule possède une structure originale qui fait l’objet d’un nouveau dépôt de brevet.

Michel Ponchet (IPO)

2013

Identification de nouveaux gènes-cibles pour le développement de stratégies spécifiques dirigées contre les nématodes parasites de plantes

Des gènes spécifiques aux ravageurs de cultures ont été identifiés dans les génomes de vers (nématodes) parasites de plantes. Ces gènes sont absents des espèces non cibles telles que l'homme, les plantes et les animaux d'élevage. L'inactivation spécifique de ces gènes chez les vers compromet sérieusement leur pouvoir parasitaire. Des méthodes de luttes plus spécifiques et propres peuvent être envisagées en ciblant précisément ces gènes.

Etienne Danchin et Pierre Abad (IPN)

2012

Synthèse des hydrocarbures cuticulaires chez les insectes

Nous avons découvert chez les insectes une enzyme capable de synthétiser des hydrocarbures à très longue chaine qui sont utilisés pour rendre étanche à l'eau la cuticule, le squelette externe des insectes. Cette enzyme est une innovation biochimique qui différencie les insectes de leurs ancêtres les crustacés, et qui leur a permis la conquête du milieu terrestre où ils sont le groupe animal le plus abondant et le plus diversifié.

Gaëlle LE GOFF (ID)