En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Unité de pathologie végétale - Inra Avignon

Pathologie végétale

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Bactériose du melon

Contexte de l'étude et résultats marquants

Une nouvelle pourriture sur melon est apparue en 1993 dans les melonnières du Tarn-et-Garonne. Les symptômes rendent la commercialisation du fruit impossible conduisant à des pertes économiques importantes pour les producteurs.

Nos recherches ont alors porté sur l'identification de la bactérie responsable de cette pourriture, Pseudomonas syringae, ainsi que sur les conditions favorisant les épidémies et les méthodes de lutte. Du fait du peu d'efficacité des composés à base de cuivre (seuls produits phytosanitaires homologués en France) et de la sensibilité à la bactériose de tous les cultivars commercialisés, nos recherches ont évoluées vers la recherche de :

  • moyens de lutte (chimiques, culturaux, biologiques) compatibles avec une production durable de melon en collaboration avec un groupe national de travail
  • lignées de melon résistantes : crible de nombreux cultivars commerciaux ainsi que des centaines de lignées de Cucumis melo maintenues par l’Unité de Recherche “Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes”, de l’Inra d’Avignon
Symptôme de bactériose dans les melonnières

Symptômes de bactériose à Pseudomonas syringae sur melon

- nécroses brunes d’aspect huileuses sur feuilles et fruits

- taches huileuses en dépression sur les fruits s’accompagnant de cavités larges et profondes dans la chair

symptôme de bactériose sur fruit de melon

Contexte des recherches

  • production française de 300 000 tonnes par an de melon (Cucumis melo var. cantalupensis Naud.) sur 15 000 ha situés dans les régions du sud-ouest, du sud-est et de l’ouest
  • apparition d'une nouvelle pourriture sur fruits en 1993 dans les melonnières du Tarn-et-Garonne. Des épidémies régulières et sévères ont sévi dans cette région, notamment de 1995 à 1997. En 1997, un état de catastrophe naturelle est déclaré pour les parcelles malades dans le Lot et le Tarn-et-Garonne
  • observation de cette maladie depuis 1993 dans les différentes régions de production française et première épidémie sévère en 2002 dans le sud-est

Les résultats marquants de notre équipe

Identification de Pseudomonas syringae comme agent responsable de la bactériose
La majorité des souches isolées à partir de pourritures pendant l’épidémie ressemblent au pathovar aptata de l’espèce P. syringae.

Pseudomonas syringae

Cellule de Pseudomonas syringae

© Pathologie végétale - Inra Paca Avignon

Morris C.E., Glaux C., Latour X., Gardan L., Samson R., Pitrat M. 2000. The relationship of host range, physiology and genotype to virulence on cantaloupe in Pseudomonas syringae from cantaloupe blight epidemics in France. Phytopathology 90: 636-646.

 

Création d’une collection d’environ 2000 souches de P. syringae issues de l’épidémie de bactériose en France depuis 1995

Création d’un bulletin illustré pour l’aide au diagnostic visuel

 Découvertes de sources potentielles d’inoculum pendant les épisodes épidémiques

  • les bassins de rétention d’eau : utilisés pour l’irrigation des champs de melon, ils contiennent des concentrations de P. syringae suffisantes pour induire des épidémies quand les conditions environnementales sont favorables
  • le sol et les semences ne semblent pas favoriser la survie de P. syringae en quantité détectable
  • la pluie et la neige, les ruisseaux et l’eau des lacs, les plantes sauvages et les biofilms épilithes
    • Riffaud C.M.-H. 2002. La bactériose du melon: écologie et stratégies de lutte contre Pseudomonas syringae pv. aptata. INRA, Avignon, Unité de pathologie végétale, Montfavet (FRA), Université Claude Bernard – Lyon I (FRA). Thèse (Dr. d'Université) option Ecologie microbienne. 135 p.
    • Riffaud C.M-H., Glaux C., Guilbaud C, Dominguez H., Prior P., Morris C.E. 2003. Epidemiological clues for developing methods of control of bacterial blight of cantaloupe caused by Pseudomonas syringae pv. aptata. pp. 3-15 In: Iacobellis N. et al (eds). Pseudomonas syringae Biology and Genetics. Kluwer Plenum, London.
    • Riffaud C. M.-H., Morris C.E. 2002. Detection of Pseudomonas syringae pv. aptata in irrigation water retention basins by immunofluorescence colony staining. European Journal of Plant Pathology 108: 539-545.

Identification des conditions climatiques favorables aux épidémies de bactérioses d'après une analyse pluri-annuelle de données épidémiologiques
Le risque d’apparition d’une épidémie de bactériose est important si, pendant une période de 4 ans :

  • la température minimale moyenne est inférieure à 12-13 °C
  • la durée de pluie est supérieure à 7-9 h
  • les quantités cumulées de pluie sont supérieures à 11 mm.
  • environ 95 % des épidémies de bactériose sont apparues dans ces conditions.
    • Mention P., Lavigne, D., Leix-Henry F., Bouchu S., Morris C.E., Prior P., Pitrat M., Mercy L., Dours O. 2004. Bactériose du melon : acquis et perspectives. PHM-Revue Horticole, 459, 22-26.

Groupe de travail national sur la bactériose du melon

Ce groupe a été créé en 1997. Notre laboratoire a été parmi les membres fondateurs de ce groupe qui comprend des représentants de stations expérimentales régionales, d’organismes de développement, d’organisations interprofessionnelles, de chambres d’agriculture, d’associations de producteurs et d’améliorateurs des plantes de l’INRA.  Le groupe se réunit deux fois par an pour planifier et évaluer les résultats des expériences au champ et des recherches de laboratoire.  

  Unité de pathologie végétale d'Avignon

 INRA

  Unité de génétique et d'amélioration des fruits et légumes

 INRA

  Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes

 CTIFL

  Centre d'expérimentation fruits et légumes de Midi-Pyrénées

 CEFEL

  Service régional de la protection des végétaux

 SRPV

  Fédération régionale de défense contre les ennemis des cultures

 FREDEC

  Association interrégionale de recherche et d'expérimentation légumière

 AIREL

  Association Charentes-Poitou d'expérimentation légumière

 ACPEL

  Association régionale d'expérimentations légumières en Pays de Loire

 ARELPAL

  Société civile légumes Centre Loire

 SCL

  Association provençale de recherche et d'expérimentation légumière

 APREL

  Centre expérimental horticole de Marsillargues

 CEHM