En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Plantes et Système de cultures Horticoles

Plantes et Systèmes de culture Horticoles

Equipe 3 : Contrôle Biologique par Conservation (CBC)

Le cadre général des travaux de l’équipe CBC est celui de la lutte biologique par conservation en vergers dans un contexte de réduction des pesticides. La lutte biologique par conservation vise à promouvoir le contrôle des ravageurs par la communauté des auxiliaires naturellement présente dans les agro-écosystèmes, en combinaison avec d’autres pratiques de contrôle biologique. Pour cela, nous nous intéressons aux dynamiques des populations de ravageurs et d’auxiliaires tout au long de leurs cycles, y compris lorsqu’ils utilisent des ressources extérieures aux vergers. Ceci implique de considérer parfois une échelle supérieure à celle de la parcelle. Nos travaux se concentrent principalement sur deux principaux ravageurs du pommier, le carpocapse des pommes (Cydia pomonella, Lépidoptère) et le puceron cendré (Dysaphis plantaginea, Hémiptère) et sur des auxiliaires arthropodes et oiseaux. Notre objectif est de produire des connaissances et d’identifier les conditions favorables à la régulation des ravageurs pour aider à la conception de systèmes horticoles durables, thématique portée par l’équipe 4. Notre démarche consiste à faire un va-et-vient entre questions générales, développements méthodologiques et leur déclinaison sur nos systèmes d’études, en passant, quand cela est pertinent, par la modélisation.
verger expérimental sous filet anti carpocapse pour page 1

Verger expérimental sous filet anti carpocapse

Les chercheurs de l’équipe CBC travaillent plus précisément sur le rôle des pratiques agricoles, notamment phytosanitaires, et sur celui des éléments semi-naturels, au niveau des parcelles (haies, bandes fleuries) et du paysage (zones boisées, haies, prairies…). De nombreuses études ont montré que les pesticides réduisaient globalement la biodiversité dans les parcelles alors que la présence d’éléments semi-naturels en bordure avait tendance à l’augmenter. Par exemple, les haies peuvent être des barrières au déplacement, servir de refuge ou fournir des ressources alternatives aux espèces hébergées par les parcelles. Au-delà de la parcelle, la complexité du paysage et l’intensité des pratiques agricoles affectent la dynamique des populations des auxiliaires et des ravageurs ainsi que leurs interactions.

De plus, les populations de ravageurs et d’auxiliaires sont susceptibles de s’adapter aux pratiques agricoles les plus intensives ce qui soulève la question de la durabilité des méthodes de lutte. Des recherches sont également menées sur les résistances aux insecticides à la fois chimiques et biologiques, et sur les effets de ces résistances sur les traits d’histoire de vie des ravageurs ou auxiliaires.

coccinelle à 7 point dans une colonie de pucerons- page 1

Coccinelle à 7 points dans une  colonie de pucerons

 Pour travailler sur ces thématiques, nous nous appuyons sur des dispositifs de vergers expérimentaux de l’INRA à Avignon et à Gotheron (Drôme), ainsi que sur un réseau de vergers chez des producteurs de notre zone d’étude de la basse vallée de la Durance  (Bouches-du-Rhône). Les outils et les compétences présents à l’insectarium de PSH et au sein de la plateforme régionale de biologie moléculaire (LBM, Avignon) soutiennent aussi des développements méthodologiques (p. ex. analyses moléculaires de contenus stomacaux, marquage protéique de masse, proies sentinelles) pour mieux caractériser l’écologie des espèces de ravageurs et d’auxiliaires ainsi que leurs relations trophiques. Nous nous intéressons également à des dispositifs plus en rupture et potentiellement plus favorables aux régulations basés sur la diversification végétale au sein des parcelles, y compris en mélangeant arbres et cultures annuelles : vergers maraichers de la ferme de la Durette, projet Safir à Gotheron…

 Trois axes structurent nos questions de recherche :

 Ces travaux sont développés dans le cadre de plusieurs projets de recherche et de réseaux de collaborations